" />
28 octobre 2013

LE HAMEAU DE NOS RÊVES

  J'ai découvert Jean Diharsce sur facebook, ses mots si beaux, si vrais m'ont touchée et j'espère que vous aurez autant que moi , plaisir à les parcourir attends encore un peu j'ai envie d'aller là et de pousser la porte il faudra faire un feu et sécher nos détresses le noroit glissera au bas de la fenêtre je te ferai un châle avec ma vieille veste tout sera comme avant quand il faisait été nous verrons bien demain Jean Diharsce     Le hameau de nos rêves huile sur toile 60x60   détail   ... [Lire la suite]
Posté par ulmann10 à 09:48 - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 octobre 2013

LES TERRES ROUGES

   Elle est la terre, elle est la plaine, elle est le champ. Elle est chère à tous ceux qui sèment en marchant; Elle offre un lit de mousse au pâtre; Frileuse, elle se chauffe au soleil éternel. Rit, et fait cercle avec les planètes du ciel Comme des soeurs autour de l'âtre. extrait du poème de Victor Hugo, la terre-hymne   Les terres rouges huile sur toile 100x50 détail détail
Posté par ulmann10 à 12:08 - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 octobre 2013

DES GOBIS, DES GOBIS.....JE VEUX UNE DORADE

  Sables mouvants   Démons et merveilles Vents et marées au loin déjà la mer s'est retirée Et toi Comme une algue doucement caressée par le vent Dans les sables du lit tu remues en rêvant Démons et merveilles Vents et marées Au loin déjà la mer s'est retirée Mais dans tes yeux entrouverts Deux petites vagues sont restées Démons et merveilles Vents et marées Deux petites vagues pour me noyer. Jacques Prévert   détail   détail   détail   Je veux une dorade huile sur toile... [Lire la suite]
Posté par ulmann10 à 10:55 - Commentaires [3] - Permalien [#]
18 octobre 2013

NOUS AURONS DES AMANDES

       Il faut être toujours ivre. Tout est là: c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.    Mais de quoi? De vin, de poésie, de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous.    Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez... [Lire la suite]
Posté par ulmann10 à 09:08 - Commentaires [9] - Permalien [#]