N’oublie jamais la beauté des mots qui s’endorment à même la terre. N’oublie jamais le verbe du verre et la tentation du sable. N’oublie jamais les grammaires subtiles dans les frondaisons de l’île. N’oublie jamais de dire que tu aimes ceux que tu aimes. N’oublie jamais le silence de ton enfance à jamais recommencée sur le chemin de l’âge. N’oublie jamais la patience et la passion. Et la chanson que tu aimes. Et la mémoire est un mille-feuilles où les abeilles du jour se souviennent du jour premier de la ruche. N’oublie jamais les mots qui te donnaient la chaleur au creux des nuits du froid et du doute. N’oublie jamais que les mots sont l’eau du puits et qu’il faut parfois demeurer silencieux et patients au bord de la margelle. N’oublie jamais les mots d’amour que contient la vie. N’oublie jamais la beauté des mots dans le désordre et la fureur de ce monde. Dans les forêts anxieuses de l’insomnie. N’oublie jamais la beauté des mots : c’est le lien précieux qui rassemble les humains. Et porte le chant des hommes et des femmes. Et la fulgurance des fleurs dans le verbe du partage.

© Patrick Chemin (2012)
Le 8 de Janvier
 IMG_3317   IMG_3320

détails

IMG_3322   IMG_3324

détails

IMG_3329   IMG_3321

détails

IMG_3311

Il pleure des fleurs

hst 60x60